Le Québec sort enfin de la Grande Tiédeur…

Moi, un autre montréalais un peu blasé, un peu cynique, comme il s’en trouve tant, qui reprochait régulièrement aux Québécois, il y a peu, leur maudite mémoire de poisson rouge, je peux maintenant citer sincèrement ces paroles d’un homme de (69 ans? 93? je ne sais plus exactement), mégaphone en main, le 22 mai dernier, sur René-Lévesque, qui nous annonçait glorieusement « je n’ai jamais été aussi fier d’être Québécois ». Moi aussi.

Le Québec se réveille, se lève et se sort enfin avec fracas de la foutue Grande Tiédeur dans laquelle on patauge depuis… depuis… beaucoup trop longtemps pour même le savoir.

Depuis le temps qu’on y était englué, sans espoir d’en sortir. Sans défense possible contre un marasme trop flou pour montrer son vrai visage : pas une belle grosse et caricaturale Grande Noirceur, simple et en noir et blanc, qu’on aurait pu pourfendre héroïquement, comme les bébéboumeux aiment tant le rappeler, mais juste un grand, moche, plate et long creux, où les rares voix qui s’élevaient pour faire appel à un peu plus de coeur, un peu plus de raison étaient noyées par le bruit de fond du banal, de l’hélicoptère TVA, des publicités de Toutlemondeenparle.

Enfin ça brasse, ça chauffe et ça fait un bien fou. On marche dans la rue le soir et les gens sont dehors, les perrons sont pleins et les voisins se découvrent enfin…

Et ce qui est formidable, c’est que ce n’est pas du tout la seule affaire de « dangereux montréalais bolchéviques », mais de la province entière, des vénérables anciens aux frais gamins. Quel délice de voir passer quotidiennement ces nouvelles provenant de Québec, Alma, Rimouski, Gatineau, Sherbrooke, la Gaspésie, etc.

Enfin le bruit des « régions » est assez fort pour se faire entendre jusque dans le nombril de Montréal!

Carré rouge, col rouge, cou rouge : on n’est peut-être pas exactement d’accord sur tout, mais bonyeu, enfin on se parle, kâlisse.

Je suis tellement content de vous entendre, de vous lire, de vous sentir si proches malgré la distance. Merci, Québec.

*
« Gens du pays, le temps est court, pour vous laisser bafouer toujours. Gens du pays, c’est notre tour, d’arrêter ce langage de sourd. »
– Serge Fiori [cité sur http://liberaux.net/]
*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s