Montréal 09 février 2013 – les manifestants échouent?

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201302/08/01-4619794-salon-des-ressources-naturelles-les-manifestants-echouent.php

Publié le 08 février 2013 à 12h59 | Mis à jour le 08 février 2013 à 16h09

Salon des ressources naturelles: les manifestants échouent

Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Quelques centaines de jeunes manifestants – entre 200 et 400 selon les estimations de policiers – ont tenté sans succès de pénétrer à l’intérieur du Palais des congrès de Montréal pour perturber le Salon des ressources naturelles.

*jeunes manifestants*
Ah bon? J’ai pourtant vu des gens d’âges très variés…

*selon les estimations de policiers*
Ah tiens? Le SPVM aurait-il rompu pour l’occasion sa tradition (que je croyais pourtant bien établie) de ne divulguer aucun estimé de foule?

*ont tenté sans succès de pénétrer à l’intérieur*
C’est peu dire qu’il y a un monde de différence entre briser une vitrine et avoir l’intention d’y passer une fois cet acte posé… et les faits démontrent que la plupart des gens n’ont pas « profité de l’ouverture » pour envahir le salon et courir dans les bras qui les attendaient à l’intérieur, mais plutôt pour reculer et tenter d’esquiver l’inévitable charge du SPVM, et les arrestations immédiates qui ne sont jamais venues.
Des gens qui auraient ainsi voulu « perturber le salon » n’auraient pu s’y prendre plus mal.

Les tacticiens du SPVM pas tellement mieux, d’ailleurs, si l’idée était d’arrêter les coupables, puisque la logique me semblerait dicter que les brigades qui sont à l’intérieur du Palais profitent de l’ouverture pour en sortir: dispersion immédiate de la foule assurée + forte probabilité de saisie des saboteurs.
Mais ils sont bien trop utiles, s’ils sont assez bêtes pour ainsi se jeter dans la gueule du loup et donner à point le signal de départ de la violence et l’intimidation organisée des émeutiers professionnels (ceux en uniforme, plus ou moins numérotés), et ce n’est de toute évidence pas eux qu’il faut effrayer de toute façon.

Certes, cette manifestation se voulait un blocage, et donc une action bien plus directe qu’une simple manifestation.
Mais accepter sans broncher l’idée somme toute complètement idiote que les manifestants pensaient rien de moins qu’envahir le salon, et, bon, on suppose, forcément se retrouver obligés d’engager une lutte armée avec les « forces de l’ordre », plus j’y pense, plus ça me semble ne pouvoir révéler que la bêtise ou la mauvaise foi du journaliste qui commet un tel article.

Et tiens donc, ça permet de mettre en scène un scénario aussi guerrier qu’imaginaire, le « Salon des Ressources Naturelles » victime d’un état de siège, les barbares aux portes, les pirates à l’abordage, vite, sauvez-vous, les femmes et les enfants d’abord!

Tous ces gens qui étaient là pour se manifester, contre cette foire minable, cette occasion lancée aux pions volontaires d’avoir leur part du butin (ou au pire un nanane, à défaut de s’y trouver une job), et qui avaient de bonnes raisons d’y être, ne sont subitement plus des citoyens autrement sans voix mais des complices d’actes criminels.

Oufff…

Voilà donc un exemple « journalistique » probant qui participe d’une évidente et large campagne de salissage de l’idée même de manifestation: les manifestants « échouent » parce qu’ils ne sont pas entrés dans le salon… ben oui.

Demandez à la police/sécurité interne, qui ont paniqué à la vue de carrés rouges entre les murs protégés du Palais, ils l’avoueront peut-être: certains sont entrés, samedi, et plus important encore, s’ils avaient voulu, ils auraient bien pu y faire ce qu’ils voulaient. Mais ils n’ont pas voulu.
Cruciale nuance.

Comme pour le merde Huntingdon (qui attend toujours son procès pour diffamation des danseurs masqués du 5 novembre 2012, qu’il a grossièrement accusé de vouloir brûler et renverser le gouvernement  parce qu’ils portaient des masques GuyFawkes/Anonymous devant une assemblée nationale aussi vide, fermée, et endormie qu’elle peut l’être « en fonction »), les jappeurs des médias prêtent des intentions criminelles et lancent des accusations ridicules en toute impunité.

Au-delà de ces exemples singuliers, c’est révélateur de rien de moins qu’un flagrant travail de lobbyisme sur les valeurs sociales, pour criminaliser l’idée même d’une manifestation.

Car certains citoyens pas encore complètement castrés considèrent qu’il s’agit, avec le droit de vote (autrement remis en question, c’est peu dire), d’un droit fondamental.
Pour les propriétaires/actionnaires/usagers de l’état policier, c’est un écueil majeur.

Mais lentement, mais sûrement, des firmes de relations publiques bien payées ont tout leur temps pour miner, gruger, renverser ces valeurs, pour effacer toute connotation de dignité, de responsabilité et de légalité au terme même de « manifestation ».

Quand on parle de criminalisation des manifestants, c’est bien plus que la pesante machinerie des constats, le rituel sinistre des arrestations, tout l’arsenal démobilisatoire qui menace, occupe et pollue les individus arrêtés/affectés, sans même avoir à se soucier de faire assez de sens pour « gagner » en cour, éventuellement, si même un jour il y a une apparition en cour, puisque c’est sans importance : l’essentiel est de ralentir ceux qui agissent et d’effrayer les autres.

La criminalisation des manifestations, c’est aussi de travailler à faire oublier aux gens que manifester ne veut pas dire pèter des vitres (de banques) pis brûler des chars (de police): c’est bien plus simple que ça.

Manifester, c’est d’abord et simplement se manifester. Être là.

Tiens, pour le dire j’ai encore en tête ces mots de Nicolas Langelier, à propos du 22 mars dans « Année rouge », je retrouve & recopie…

« Je marche seul, sans crier de slogan, sans porter de pancarte. Juste pour être là, dans cette foule grande comme plusieurs stades olympiques, et utiliser mon corps comme marqueur de mon dégoût envers le gouvernement libéral de Jean Charest, de mon désir d’une meilleure gouvernance, en phase avec notre époque et les problèmes qui nous font face, et qui serait au service de tous les citoyens et non des amis du pouvoir. »

Voilà.

Il faudra bien un jour que les gens comprennent que briser une vitrine chez HSBC, c’est la moindre des choses (après tout, il faut bien leur rendre une certaine politesse, mais on ne voudrait pas se salir à faire comme ou pire qu’eux).

Mais en attendant, il y a ici et maintenant une guerre des esprits qui se joue au Québec, et toute forme de « casse », pour autant justifiée qu’elle puisse être (ou pas), est lourdement chargée, et mérite d’être autant plus réfléchie.
Je ne suis pas de ceux qui exigent des plus « radicaux » qu’ils le soient moins, je leur suggérerais plutôt, pour l’avancement idéal de leurs propres causes et idées, de l’être mieux : parce que si ce ne sont pas carrément des agents provocateurs qui ont « fait du grabuge » le samedi 9 février à Montréal, ce ne sont pas les plus fins stratèges…

Finalement, c’est le texte et non le titre de Philippe Teisceira-Lessard qui est faux : cette manifestation a bel et bien été un échec retentissant.

Les manifestants ont échoué, du moins dans l’environnement médiatique qui informe la population à rejoindre, à faire voir le monstre caché dans le Palais des Congrès autrement que comme une victime…

.

2013-02-09 - #manifencours #PlanNord 2.02013-02-09 - #manifencours #PlanNord 2.0

.

*vidéo à voir: https://www.facebook.com/photo.php?v=10151316396163026
Manif contre le Plan Nord (9 février 2013) À Centre des congrès de Montréal [par Irène Yakonowsky]:
0:00-1:00 destruction/sabotage
1:00-2:00 marche impériale
2:12-2:45 *discours important* : « Il faut pas frapper les gens […] faut donner des câlins pis des bisous. Faut pas frapper! »

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s