2012-08-18 - 22h27 #manifencours117

Montréal 13 février 2013 – Nostalggie

La grève a un an... [photo Olivier Roy]

La grève a un an… [texte & photo Olivier Roy]:

Il y a un an déjà, le cégep de Valleyfield ouvrait le bal. Dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, nous assisterons à plusieurs «rétrospectives» : la grève, on nous en parlera au passé… Comme ici : http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201302/12/01-4621045-le-vote-qui-a-donne-le-ton.php

Pourtant, notre combat est loin d’être terminé. Les procès de nos camarades judiciariséEs commencent, dont vous pouvez suivre les développements ici : http://www.facebook.com/pages/Suivez-le-procès-Constitutionnalité-de-lart-5001/428248767255505

Coop média de Montréal couvre les audiences sur l’article 500.1 du Code de sécurité routière : http://montreal.mediacoop.ca/fr/story/jour-1-des-audiences-sur-l’article-5001-du-code-de/16285

Enfin, le «Sommet de l’Indexation» s’en vient! Et notre combat pour une enquête indépendante sur les dérives policières commence à peine! Vous pouvez suivre les développement de celui-ci ici : http://www.facebook.com/Pouruneenquetepublique?ref=ts&fref=ts

À cet effet, nous serons d’ailleurs outilléEs d’une nouvelle arme aujourd’hui : l’excellent documentaire de 99media.org, «Dérives», qui pose brillamment les questions auxquelles nous attendons des réponses. Voilà. Ça commence. Tout est loin d’être terminé.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151498936703669&set=a.10150838617398669.471882.585623668&type=1&theater

.

Parmi toutes les célébrations de l’anniversaire de la #ggi, je n’ai pas envie non plus d’en rajouter dans la veine nostalgique.

Oui, bien sûr, il faut le souligner, et ya pas de raison de s’empêcher de célébrer : ces jours d’espoir ont changé ma vie, rien de moins. Encore aujourd’hui, je souris souvent, seul, en repassant sur l’une de toutes ces rues reconquises, où chaque coin de rue, chaque morceau d’asphalte est lié à certains soirs, certains souvenirs, certains sentiments…

Mais ces rues ne sont pas qu’empreintes des beaux souvenirs de ces soirs maintenant lointains où nous étions des milliers à y passer, à y chanter et danser… elles sont plus lourdement encore chargées de toutes les conneries, toutes les aberrations, toutes les hontes et les insultes qui rendaient si imprévisibles les marches nocturnes quotidiennes, sauf exceptions de plus en plus maigres, jusqu’à la grande et foireuse « conclusion » électorale.

Autant que je puisse partager les émotions de mes pairs, par rapport à ces jours épiques, et souhaiter aussi visiter un jour le Musée des casseroles les plus démolies, j’ai le malheur de ne pas partager nombre de leurs illusions, et même de m’interroger quant à savoir si ce n’est pas carrément malsain d’ainsi glorifier autant ces jours si mythologisés qu’ils risquent d’en être déjà momifiés…

Quoi, alors c’est tout ce que ça prend, au Québec, pour se faire une sorte de révolution tranquille, un Printemps Érable avec lequel on va se gargariser pendant des décennies encore?

Faire beaucoup de bruit, prendre les rues et se contenter d’un petit changement de régime, d’un vote « stratégique », qui remplace le parti dont tout le monde sait qu’il est pourri par un autre où la pourriture est mieux cachée, plus sournoise et plus douloureuse à voir pour tous ceux qui sont encore capables de déni?

Beurk.

Je préfère goûter la sève quand elle coule encore fraîche de l’érable que de me contenter, des mois plus tard, de ne plus avoir en main que des petites bouchées trop sucrées, sorties d’une grosse machine qui en a extrait toute vie, et ruiné le goût devenu méconnaissable…

Ouais, bien sûr que tous ces efforts, tous ces espoirs et ces nouvelles complicités n’auront pas été vains, mais seulement si on a la franchise de se dire qu’on a rien gagné du tout si on croit que tout ça est derrière nous.

C’est dur de fêter, quand on voit venir les procès d’amilitants laissés seuls à eux-mêmes, parce qu’ils n’ont pas reçu leurs constats en même temps que cent autres, parce qu’ils n’ont pas été arrêtés devant les projecteurs et les caméras, et qu’aussi ridicules que soient les prétextes et les accusations dirigés vers eux, ils risquent fort bien quand même d’être jugés coupables par des fonctionnaires déconnectés du réel, avocats de la couronne sans honneur et juges sans voix qui n’ont pas d’autre choix que d’appliquer tel ou tel cas de jurisprudence qu’on met sous leur nez.

Ils sont nombreux à mériter notre aide et notre admiration, mais tous ne veulent pas devenir des vedettes comme Gabriel Nadeau-Dubois, ou des mascottes comme l’Anarchopanda… alors ils restent méconnus de tous, mentionnés ici et là comme statistiques, mais complètement oubliés comme individus, comme victimes réelles de la vraie violence et intimidation, celle qui vous laisse avoir l’opinion qu’il vous plaît, à condition de la garder pour vous.

En voici déjà quelques uns d’entre eux, avec des portraits par Thien V:

13/08/12, photo Thien V
13/08/12, photo Thien V

Emmanuel Denizon, photographe, a cumulé les constats et les arrestations parce qu’il ne partage pas la docilité habituelle des médiacres. C’est un immédia pur, sans filtre et presque sans retenue. Dommage qu’il n’y en ait pas plus comme lui, malgré tout…
Il doit passer en cour [le 7 mars], ce serait bien que nous soyons nombreux à l’appuyer.

01/08/12, photo Thien V
01/08/12, photo Thien V

Amélie, c’est une perle insoumise, une beauté patriote et un rire contagieux… Combien de fois l’ai-je vue marcher sans peur, sous la menace des matraques?
Quand les brigadiers vidaient la rue, elle était souvent des seuls à y rester, en première ligne devant les émeutiers qui n’arrivaient plus à leur faire peur, même en beuglant, même en frappant plus fort sur leurs boucliers…
Sans jouer un rôle aussi immédiatement visible que d’autres, ils montraient l’exemple d’une résistance noble et fière, ne craignant plus les coups ni les constats, et clairement c’est ce qui était absolument inacceptable pour les « forces de l’ordre », qui les ont harcelés, frappés et arrêtés à chaque fois qu’ils en ont eu l’occasion.

Elle doit passer en cour [le matin du 25 février, juste avant le sommet!], ce serait bien que nous soyons nombreux à l’appuyer.

15/07/12, photo Thien V
15/07/12, photo Thien V

Cécile, mieux connue comme @frogsarelovely: si je ne pouvais vous parler que d’une seule personne qui mérite notre soutien, ce serait elle, sans hésiter.

Comme tout le monde, je l’ai d’abord connue sur Twitter, où elle est devenue absolument indispensable à l’heure où même les médias indépendants ne couvraient plus les #manifencours nocturnes. Jusqu’à l’épuisement, elle s’est donnée, sans compter, tout l’été, soir après soir, ne prenant congé que lorsqu’elle savait que j’y serait, avant que d’autres puissent aussi la relayer. Une citoyenne-journaliste exemplaire, courageuse et dévouée, elle fût littéralement un modèle et une inspiration pour plusieurs d’entre nous, qui tweetaient déjà les manifs comme ils le pouvaient/quand ils le pouvaient, ou qui ont carrément commencé en suivant son exemple.

Que fait un tweeteur de #manifencours, au juste, et pourquoi est-ce si important?

Ça a l’air de rien, mais c’est énorme: en tweetant le parcours de la manifestation, elle permettait à quiconque de rejoindre le groupe à toute heure. Quand c’est l’après-midi d’un 22, et qu’ils sont des dizaines à le faire, c’est moins crucial, mais pour tous ces petits soirs, où chaque marcheur compte d’autant plus, c’est un service essentiel. Plus important encore, le tweeteur de #manifencours informe en direct tous les manifestants de salon sur ce qui se passe dans la rue : arrestations, lubies du SPVM, tel nouveau prétexte ou telle nouvelle aberrante infraction ressortie des recoins perdus du code municipal.

J’espère d’ailleurs qu’au printemps prochain, quand le temps viendra, ils seront plus nombreux encore à comprendre l’importance d’un tel rôle, et à découvrir à quel point ça peut être amusant, aussi, d’essayer tant bien que mal de prendre des photos de soir en marchant avec son téléphone, et de recevoir les remerciements de tous ces gens qui ne peuvent pas y être, et qui ne sauraient autrement rien de ce que la police fait dans la rue, quand les médias sont partis se coucher…

Des infirmiers de manif, aussi, il n’y en a jamais trop : si vous avez une formation de premiers soins, et que vous vous demandez comment vous rendre utile, votre présence aux manifestations peut faire toute la différence. Et si vous n’avez pas de formation, vous pourriez vous inscrire à celle-ci: Full-day Medic Training & Demo Safety/Une journée complète de formation MÉDIC et SÉCURITÉ en MANIF (https://www.facebook.com/events/574901509188601/?ref=2)

Mais revenons à nos amilitants judiciarisés, et notre brave grenouille, car elle a déjà besoin de nous tous.

Le soir du 17 août, après la 116e manif nocturne consécutive, dispersée, terminée, nous revenions sur nos pas quand un brigadier en armure pointe quelqu’un derrière nous en criant « ok on l’arrête! », se lançant immédiatement à la poursuite de l’individu si gentiment averti de la chose. En ligne droite, donc directement sur la grenouille qui n’a presque rien vu venir. Plaquée à terre, un solide bodyslam. Après, je ne sais plus exactement, c’est flou: des bottes, des cris, des coups, une douleur impossible et impensable, le vertige d’être figé par le déferlement de la violence et de ne pouvoir rien faire, de n’avoir pu rien faire. Mais je me rappelle très bien que des membres de cette même escouade, quelques instants plus tôt, se moquaient de Cécile ouvertement, la nommant et l’intimant d’aller se coucher. C’est vraiment dommage, quand même, qu’ils ne l’aient pas reconnue quand ils courraient héroïquement après le méchant et soudain malfaiteur, qui avait eu la sordide idée de s’enfuir à l’annonce de son arrestation…

Bref, le bras encore endolori (et pour longtemps encore), le soir du 23 août, elle se fait saisir son téléphone et arrêter pour quelque chose qui serait arrivé la veille. En fait, au départ le SPVM aurait parlé de « menaces de mort », mais ça a changé, comme certains détails ont changé quand l’information qu’ils avaient donnée déjà deux fois à @EthanCoxMtl (journaliste pour rabble.ca qui a écrit l’article Student strike stalwart and citizen journalist arrested, held for nine hours) s’est avérée fausse.

Elle doit maintenant passer en cour le 11 avril 2013, pour faire face à des accusations de menaces envers un agent. C’est une accusation au criminel, loin des batailles juridiques plus explicitement liées à la #ggi, alors la justice aveugle ne voit rien du contexte totalement politique de la poursuite.

Comme Emmanuel, elle osait s’avancer pour prendre des photos, talonnant la police pour bien la documenter.

Comme Amélie, elle le faisait avec une force, une prestance, une gouaille, un aplomb qui avait de toute évidence aux yeux de certains le malheur d’inspirer ses semblables.

Comme d’autres, elle avait cette incongruité de ne pas être une jeune étudiante, particulièrement frappante pour les badauds qui voyaient passer ce qui, déjà, ne ressemblait pas du tout à une vraie manifestation, comme il les connaissaient de la télévision. Et malgré tous les coups et tous les constats, elle osait encore revenir, et continuer à lutter.

Mais comme elle n’a pas de casier judiciaire, et que sur papier, l’accusation contre elle ne semble pas si grave, elle n’a pas été jugée éligible à l’aide juridique, et c’est encore un Denis Poitras passablement occupé qui voit ce qu’il peut faire avec tout ça. C’est tout à son honneur, mais je ne doute pas que ceux qui pourraient et voudraient apporter une entraide juridique seraient les bienvenus.

Bon, si tout le monde veut contribuer des dizaines de milliers de dollars comme pour GND, pourquoi pas, mais sans trop compter là-dessus, au moins, ne laissez pas le SPVM s’attaquer aussi impunément à @frogsarelovely.

Ce qu’ils ont fait à elle, ils le font contre nous tous.

Les voilà, les dangereux manifestants armés de dangereuses nouvelles technologies que craint tant le SPVM: des gens comme elle, comme vous, qui savent simplement se servir de l’intelligence de leurs téléphones.

.

Pour plus d’informations sur son cas (et plusieurs autres), vous pouvez aller voir le texte de mon témoignage à la ligue des droits et libertés, ou alors ma lettre à Duchesneau, ou ma réaction à son arrestation…

Ok, non, laissez-faire tout ça et allez voir ça, plutôt: http://lasolide.info/

Pour comprendre l’histoire et l’usage de l’article 500.1, voyez l’article de Moïse Marcoux-Chabot: De la route à la rue: histoire politique d’un instrument de répression policière – http://moisemarcouxchabot.com/2012/08/22/de-la-route-a-la-rue-histoire-politique-dun-instrument-de-repression-policiere/

Pour le Code de déontologie des policiers du Québec: http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=//P_13_1/P13_1R1.htm

.

J’essaierai de mettre à jour ici les dates de procès quand je les aurai, mais pour suivre les dossiers, ce serait sûrement mieux d’aller voir un groupe facebook comme

ArrestationsPlanNord9Février (https://www.facebook.com/groups/arrestationsplannord9fevrier/) ou

Réseau Vigile Mtl (https://www.facebook.com/groups/121245014721810/), et les sus-mentionnés

Suivez le procès: Constitutionnalité de l’art 500.1 (hhttp://www.facebook.com/pages/Suivez-le-procès-Constitutionnalité-de-lart-5001/428248767255505) et

http://montreal.mediacoop.ca/fr/story/jour-1-des-audiences-sur-l’article-5001-du-code-de/16285.

Sur ce, je vais enfin regarder DÉRIVES, le documentaire tout frais de 99%Média, et vous invite à le faire aussi…

.

Ensemble, exigeons une commission d’enquête publique sur la violence policière de 2012

http://www.avaaz.org/fr/petition/Ensemble_exigeons_une_commission_denquete_publique_sur_la_violence_policiere_de_2012

.

DÉRIVES. Documentaire par 99%Média:

.

.

Droit de Cité – Mais où s’en va le droit de manifester?

.

GAPPA – Vous faites l’information :

.

Franc-Tireurs Émission 386 – Topo La Police 2.0:


http://video.telequebec.tv/video/14285/la-police-2-0
« Le @SPVM n’a pas de caméras pour filmer »?
…pourtant #JeMeSouviens qu’en #manifencours:

2012-08-06_22h342012-08-06_22h352012-11-22_15h40a2013-02-09_11h38 - #manifencours #PlanNord 2.0
Alors la caméra sur le casque, les photos, tout ça, c’est pour des souvenirs personnels?

.

Dans un autre ordre idées (mais peut-être pas tant que ça):

Paul Sullivan: 10 Arrests in 83 Minutes: A Close Analysis of NYPD Crowd Dispersal Tactics:

TheRealNews: Clashes Erupt as Egyptians Commemorate Mubarak’s Ousting

.

2 réflexions sur “Montréal 13 février 2013 – Nostalggie

  1. C’est faux quand tu dis que tel ou telle militant (e), maintenant judiciarisé(e), est laissé à lui-même ou à elle-même ! Qu’est t’il arrivé aux milliers de dollars donnés à pour les défendre ?

    1. Bonne question…
      Je ne crois pas que ces fonds ont disparu, mais plutôt que la plus grande part est dirigée vers les recours collectifs, comme la bataille juridique du 500.1/P6.

      C’est bien, mais il ne faut pas oublier que plein de manifestants sont pris avec toutes sortes de petites infractions (et certaines accusations plus sévères), qui concrètement ne sont pas moins répressives/politiques que les autres.

      Dans mes connaissances, à ce que je sache, personne n’a reçu d’aide de ce côté… et ils risquent d’avoir à se présenter seuls en cour, pour se défendre de tel ou tel « passage sur un feu rouge (sous escorte policière) », tel « cri d’imprécation », tel « mauvais usage du mobilier urbain » comme si ces accusations n’étaient pas de flagrants prétextes pour les taire et les forcer à rester chez eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s